top of page

Conscience jaillissante et synthèse productive. L’idée que l’on puisse faire de la matière une critique systématique n’est pas nouvelle. George Berkeley l’avait déjà soutenue, mais avec les outils naïfs de son époque. Aujourd’hui, nous avons vraiment les moyens de nous attaquer à l’imposture matérialiste en reprenant à zéro l’analyse de la connaissance pour montrer que ce que nous appelons le monde n’est pas là, devant nous, une fois pour toutes, impénétrable, inintelligible, résistant, mais qu’il n’est rien d’autre qu’une série d’aperçus mondains donnés en conscience, soutenu par les constitutions d’une humanité qui veille à sa permanence au moyen de la tradition, et qu’apprendre à le voir et à le comprendre ainsi, c’est nous arracher à l’illusion d’une réalité absolue, d’un temps absolu, bref d’une limite qui nous bloque partout. Il n’est pas aberrant de remettre en question l’existence de la matière elle-même, car persister à croire que ce qui n’est ni cause ni occasion, ni substance, ni accident, ni rien en soi, puisse déterminer notre vie est totalement dépourvu de sens.

Nouvelle édition (2022)
Format 6X9 / 522 pages
ISBN : 978-2-924294-90-1

Grand Traité sur l'Immatérialisme - Tome 4

50,00C$Prix